Timworld, les aventures multiculturelles d'une jeune maman

Timworld, les aventures multiculturelles d'une jeune maman

Révèle ton potentiel


7 jours, 7 expériences, 7 chances !

La semaine dernière j'ai décidé de considérer chacune de mes journées comme une excellente manière de faire le point sur mes valeurs. Pour ce faire chaque matin et chaque soir je prenais un moment pour analyser ma journée et tirer une leçon des expériences que j'ai vécu. Je vous propose de revivre avec moi cette semaine riche d'enseignements que j'ai eu la chance de vivre. Tentez l'expérience, vous verrez la vie sous un autre angle! 

 


Lundi, jour 1: Rire m'est vital

 

 PhotoGrid_1505728870819.png

 

"Une journée sans rire est une journée perdue."

Charles Chaplin


Ceux qui me connaissent savent que c'est tout moi. Mon rire est comme le dit les autres "particulier" mais c'est le mien, il est vrai et sincère. Mon rire est entier, comme moi. Il est pour moi une thérapie, un booster, un excellent moyen de passer une journée positive. Même quand la journée a été dure je recherche toujours une raison pour rire avant de dormir, une histoire, un appel, un message, un film, une émission, un livre, une anecdote, mes enfants,... Et quand je cherche je trouve, je ris et je m'endors apaisée.

En attendant riez de tout, de vous, de la vie et profitez de votre excellente semaine qui s'annonce pleine d'opportunités et de challenges!

 


Mardi, jour 2 : Continuer à m'émerveiller et à croire en "l'impossible" comme un enfant.

Hier, juste avant de se coucher, ma fille aînée a perdu sa première dent de lait. Quel événement! Quand j'ai perdu la mienne mes parents m'ont dit qu'ils allaient la jeter sur le toit de notre maison et qu'à mon réveil j'aurai un coq, comme le veut la légende chez nous. A mon réveil le coq était bien là et j'étais tellement contente! J'ai imaginé pendant des années comment ma si petite dent avait pu être troquée contre un si gros coq... Cela a nourrit mon imaginaire et m'a permis de croire que tout est possible tant qu'on peut l'imaginer.

Mais en cette nuit de septembre où trouver un coq pour ma fille ? Je tiens cependant à ce qu'elle vive cette étape, cette expérience fantastique et que cela stimule son imagination et sa créativité. Avant qu'elle ne dorme nous lui avons dit de mettre sa dent sous son oreiller et que la petite souris lui réserve une belle surprise. J'ai attendu 00h et après avoir pensé à toutes les "surprises" possibles de notre chère souris j'ai récupéré la dent et je l'ai remplacé par une pièce de 100 frs. Parfois il faut savoir faire simple, l'essentiel est que la magie se produise...

A son réveil elle était "émerveillée" son imagination et ses yeux pétillaient. Elle m'a montré la pièce avec joie et excitation. Elle a aussi découvert que la petite souris avait colorié un de ses dessins inachevé de la veille. L'oeuvre sûrement de sa "souris" de frère... Elle y croit parce que son imaginaire a été nourrit et stimulé. Pour elle tout est de l'ordre du possible.

Avec l'âge et la perte de nos illusions nous nous exerçons moins à stimuler notre imaginaire, à réveiller et à garder notre âme d'enfant. On découvre cependant que nos parents sont les plus grands magiciens de la terre et qu'ils ont dépensé beaucoup d'énergie juste pour nous voir sourire... Un coq pour une dent il faut le faire! J'essaye le coq pour la prochaine dent qui tombe...

Pour le moment ma fille prévoit de s'acheter une poupée et un vélo pour sa soeur avec ses 100frs. Je vous l'ai dit, croire en l'impossible c'est magique ! Après avoir eu la chance de vivre dans quelques pays je peux affirmer que "l'impossible est ce qu'on a pas encore vu, ce qui est impossible dans une partie du monde est possible dans l'autre." Continuer à vous émerveiller des êtres, du monde, des mystères de l'univers, c'est ce qui transforme un quotidien ordinaire en une journée extraordinaire.


>>> A lire Maman tu sais...

 

Mercredi, jour 3: Lire c'est la liberté, écrire est une découverte permanente de soi.

 

received_825706630920512.jpeg


Je savais que j'aimais lire mais j'ai découvert que j'aime écrire, mieux c'est devenu pour moi un besoin. Certaines personnes qui ont la chance de savoir lire disent "je n'aime pas lire", je pense plutôt que vous n'avez pas encore trouvé votre style littéraire.

Un de mes proches s'endort au bout de la deuxième page d'un roman de Danielle Stell mais peut dévorer un livre de développement personnel en 2h. Une autre raffole des mangas, un des romans policiers, un autre de livres de sciences fiction... D'autres aiment les romans d'amour, les livres sensuelles et d'autres styles moins avouables... L'essentiel est de trouver votre style et de lire, un journal, un magazine, un ebook, un bon vieux roman... Lisez, celui qui lit voyage, découvre, apprend toujours !

Écrire, j'aime écrire pour partager, transmettre, donner. L'écriture est également un excellent canalisateur d'énergie. Parfois nous avons peur que nos mots dépassent notre pensée et dans ce cas écrire à l'autre (lettre, émail, texto) calmement permet de réfléchir, de pondorer nos propos et d'exprimer la profondeur de ses émotions pour toucher l'autre.

Lire est un voyage, une passion, une découverte permanente. Écrire permet de matérialiser nos pensées, de transmettre nos émotions et notre vision du monde. Essayer l'un ou l'autre ou les deux. Une page par jour, 10 mots par jour... Allez y à votre rythme mais essayez!

 

 

Jeudi, jour 4: Savoir dire "je ne sais pas".

" Aucune idée", c'est la réponse que je donne souvent quand l'on me pose une question à laquelle je n'ai pas de réponse. Si je peux référer la personne à un lieu, une personne ou un moyen d'information fiable je le fais avec joie pour qu'elle ait sa réponse.

Dire "je ne sais pas" n'est pas une faiblesse bien au contraire, c'est le signe que nous sommes conscients de nous même et du fait que nous ne pouvons pas tout savoir, que nous ne pouvons pas être experts en tout. Certains prennent cela comme un aveu de méconnaissance, comme une honte ou même comme un manque de courtoisie. Quelqu'un qui vous pose une question vous fait assez confiance pour vous la posez, si vous ne pouvez pas l'aider SVP ne le conduisez pas en erreur avec de fausses affirmations.

Dire à un enfant "je ne sais pas" ou "je ne sais pas mais je vais faire de mon mieux pour te trouver une réponse après quelques recherches" lui prouve que nous sommes honnêtes et que  nos réponses, nos affirmations sont fiables. Cela forge sa confiance en nous. Parce que si vous lui donnez une réponse fausse et qu'il s'en rend compte plus tard , il se mettra à douter de vous. Il en est de même pour les relations entre adultes.

Savoir qu'on ne sait pas c'est avoir conscience de soi et de ses capacités. Cet aveu à nous même peut nous conduire à apprendre toujours, à chercher et à trouver des réponses inattendues. Voyez le comme une chance de découverte permanente.

 

 >>> A lire Tu es fort(e) toi....

 

 

Vendredi, jour 5 : Respecter les autres peut vous ouvrir toutes les portes et surtout celles de leur coeur.


Un proverbe Bambara dit que "les gens craignent ceux qui les respectent". Respecter une personne c'est l'honorer mais c'est surtout vous honorer vous même.

En ce jeudi je me suis souvenue d'une belle expérience... Il y'a quelques semaines en allant me coiffer, il n'y avait plus de place pour se garer devant le salon de coiffure. Je me suis donc garée près du mur d'un voisin. N'ayant vu personne devant la maison j'ai pris le soin de saluer le blanchisseur voisin et le vigile de la maison en face. Malgré tout je n'étais pas tranquille, après quelques minutes dans le salon je suis ressortie pour récupérer ma bouteille d'eau dans la voiture et comme je l'espérais j'ai vu une fille sortir de la cours que j'ai salué, histoire de me signaler.

Au moment de partir un monsieur âgé, assis sur sa chaise, que je n'avais pas encore remarqué, m'interpelle et me demande de le rejoindre d'un ton énervé, ce que je fais sans discuter. Il me dit qu'il est le propriétaire de la maison et qu'au lieu de me garer parallèlement au mur j'aurai dû me garer perpendiculairement pour permettre à d'autres d'en faire autant et éviter une collusion. C'est deux expressions géométriques me rappellent quelqu'un... Il me dit qu'il sait de quoi il parle parce qu'il a été enseignant et là je sais par quel bout le prendre pour le calmer. Il est devant sa porte, il est vieux, c'est son mur, il a forcément raison.

Je lui dit que j'ai beaucoup de respect pour le corps enseignant parce que mes deux parents l'étaient. Il me demande qui ils sont je lui donne leurs noms et il me dit connaître mon père à travers leurs luttes syndicales. Il me demande d'après lui je lui annonce qu'il n'est plus de ce monde, il a l'air choqué et navré pour moi. Il me demande d'après ma mère, mes frères et soeurs, notre nombre et mon rang dans la fratrie. Il me demande ce que je fais.... En partant je lui offre des fruits que sa vendeuse de fruits habituelle venait lui vendre. Je repars chez moi submergée de bénédictions pour mes enfants mon foyer et moi et des salutations pour ma mère et toute ma famille.

Le respect nous ouvre le coeur des autres. Le respect force le respect. Le respect nous grandi et nous élève.

>>> A lire Mon père, mon héros!

 

 

Samedi, jour 6 : Rester soi même, il n'y a rien de plus viable.

 

IMG_20170923_020115_590.JPG


<< Continuer à mettre les gens à l'aise, à être accessible, disponible lors... formations, à casser les barrières car comme nous le pensons : rien de grand ne se fait sans une part de modestie.>>

<< Aisance, disponibilité et surtout la gaieté, la joie d'apprendre aux autres. Je n'ai remarqué aucune "suffisance" ni langage "dogmatique">>

Ce sont là deux des avis et suggestions reçues des participants à ma formation de ce jeudi 21 Septembre. Il y en a eu d'autres, mais depuis que je me suis lancée dans ce métier elles font parties des plus belles, de celles qui me confortent à rester moi, à garder les pieds sur terre et à ne pas me dénaturer, à ne jamais me travestir pour plaire.

J'ai eu l'honneur et le plaisir de former les enseignants et le personnel administratif du Lycée de la Jeunesse de Ouagadougou lors de leur journée pédagogique ce jeudi. Lycée dans lequel j'ai étudié de ma 6 ème à ma Terminale. Vous imaginez mon stress et mon appréhension ? Même s'ils ne semblaient pas apparents, ils étaient bien présents... Parmi eux il y avait plusieurs professeurs qui m'avaient enseigné et certains qui m'avaient connu quand j'étais encore plus jeune et que je courais pieds nus et à moitié vêtue dans la cours de ce même lycée.

L'air détendu, je me suis lancée et j'ai fait ce qui me passionne . Comme d'habitude après les trois premiers mots mon stress s'envole. De 8h à 15h, les 45 participants et moi avons ensemble parler de CONNAISSANCE DE SOI et de CONFIANCE EN SOI et j'ai aussi appris, encore et toujours, à travers leurs exemples, leurs vécus et leurs anecdotes.

Comme après chaque formation je demande aux participants de remplir anonymement la fiche d'évaluation sur la formation afin de me permettre de continuer à m'améliorer et à renforcer mes contenus. J'ai lu et je tiendrai compte de leurs ressentis, avis et suggestions.  

Moyenne des notes sur ma prestation 8,85/10.

Infiniment merci à eux et à toutes celles et ceux qui me font l'immense honneur de participer à mes formations!

Restez vous même, il n'y a personne d'autre qui peut être vous.

>>> A lire Plaisir d'offrir, joie de recevoir !

 


Dimanche, jour 7: Celui qui demande son chemin ne se perd jamais.

Hier matin, en allant à la conférence du Coach Bikoi/Ouedraogo Isis sur la "Visualisation mentale" je ne retrouvais pas le lieu.  Je me suis donc arrêtée pour demander mon chemin à une jeune homme qui lisait un document assis sur sa moto, du côté de la Zad. Il me dit qu'il ne connait pas le lieu mais il m'a indiqué l'espace Dieudonné à partir duquel je devais me situer. Je l'ai donc remercié et je lui ai souhaité une excellente journée.

Pour me retrouver j'ai donc décidé de faire le tour de l'espace Dieudonné espérant tomber sur la librairie Mercury. Une fois dernière l'espace Dieudonné je me suis encore arrêté pour demander mon chemin à un autre monsieur assis sur un banc qui m'a aidé du mieux qu'il peut. Je décide donc d'appeler Isis pour me retrouver, le temps de prendre mon téléphone et qui je vois, le premier monsieur à qui j'avais demandé ma route venu sur sa moto à ma rencontre. Il me dit qu'il se rappelle où se trouve la librairie et me l'indique. Mieux il se met devant moi pour que je le suive et arrivé devant la librairie il me la montre de la main, je le remercie une fois de plus et il part. Monsieur, infiniment MERCI!!!

Celui qui demande poliment sa route ne se perd jamais. Le gens vous rendent ceux que vous êtes, restons donc joyeux, aimables et respectueux surtout quand nous demandons notre chemin, quelque soit le chemin.

Séminaire inspirant , motivant et surtout joyeux à l'image de Isis est des autres coachs!

Semaine de réflexion et de méditation sur chacune des merveilleuses journées que j'ai eu la chance de vivre. Et vous, que vous a la semaine dernière ? Que vous a appris la journée d'hier ? Prenez quelques minutes par jour pour analyser votre journée, vous verrez que chaque journée est une chance !

 

received_10211917369722694.jpeg

 

Excellente semaine!

 

Coach Fatim Touré

 


26/09/2017
13 Poster un commentaire

En apnée...

images-20.jpg

 

En apnée elle est...

Elle vit , que dis je , elle survie.

Elle ne sort la tête de l'eau que pour reprendre un peu de souffle.

Un souffle court mais vital, un souffle lent qu'elle voudrait prolonger mais elle ne peut pas , ses tourments la tirent vers les abysses.

 

En apnée elle coule...

Elle essaye de flotter, de tenir mais c'est dur, Dieu que c'est dur.

Elle est submergée par ses angoisses, par ceux des autres aussi.

Pourquoi elle ? Pourquoi maintenant ?

Elle se pose ces questions et toutes leurs variantes tous les jours.

 

>>>  A lire Vivre mieux? Libérez vous des personnes toxiques!

 

En apnée elle plonge...

Elle s'enfonce, se débat face aux affres de son quotidien.

Elle côtoie les profondeurs de la peine et du désarroi.

Elle lutte contre cet océan de tourments dont l'eau salée ravive ses plaies mais noie ses larmes, au moins...

 

En apnée elle remonte...

Elle pousse des mains , des pieds et de tout son être pour regagner la surface.

Elle sait que ce n'était qu'un moment, qu'un épisode de sa vie.

Elle sort enfin la tête de l'eau.

Elle respire et cette fois elle le peut, plus longtemps, plus calmement.

Le soleil brille, l'air est doux et vivifiant.

 

>>> A lire La patience, un chemin d'or ?

 

En apnée elle était...

Elle vit, que dis je, elle revit.

Ce n'était qu'un moment, son moment difficile.

Elle a survécu, oui elle a vaincu.

Ce n'était qu'un épisode douloureux mais ça aussi c'est passé.

Rien n'est définitif, rien n'est acquis, elle le sait, elle l'a appris.

 

En apnée vous étiez ...

Vous avez touché le fond mais vous avez trouvé la perle en vous.

La tempête est passée , l'eau et l'horizon sont bleus, bleue turquoise.

Maintenant vous vous relevez et vous avancez.

Aussi dur qu'ait été l'épreuve à l'échelle de l'univers ce n'était, à peine, qu'un battement d'aile de papillon.

 

>>> A lire Tu es fort(e) toi....

 

En hommage à toutes ces personnes qui aujourd'hui traversent des épreuves.

Vous vous releverez, vous rirez de nouveau. Oui!

Vous avez de la valeur, vous êtes unique, il n'y a personne d'autre qui peut être vous. Personne !

Aimez vous car ce n'est qu'un moment, ce n'est qu'un tourment et ça aussi ça passera...

 

>>> A lire Soyez des mines!

 

Tim

 

 

 


21/05/2017
12 Poster un commentaire

Plaisir d'offrir, joie de recevoir !

 

IMG_20170302_234020_148.JPG

 

C'était un samedi matin, j'étais à la boulangerie avec ma grande soeur Mimi et j'ai vu entrer une dame accompagnée d’un monsieur. Elle portait une très belle tenue, cousue dans un mélange de pagne et de bazin et elle était rayonnante. Je me suis approchée d'elle et je lui ai dit “madame vous êtes très bien habillée”, je n'oublierai jamais son sourire , un mélange de surprise et de joie tout comme le “ Oh merci” lancé fièrement par son compagnon. Ma soeur aussi d'ajouter “votre tenue est vraiment belle madame”. Son compagnon semblait plus heureux qu'elle de ce compliment et c'est ce qui nous a le plus amusé ma soeur et moi.

 

Son "merci" à elle est venu après mais ce qu'elle ne savait pas c'est que voir cette joie sur son visage a illuminé ma journée. Je ne le savais pas mais je venais de tester encore une fois le pouvoir extraordinaire de la marque d'attention positive sur moi et sur la personne qui la reçoit. C'est beau et c'est si bon de recevoir un compliment! Ça fait du bien au moral, ça illumine une journée, ça redonne confiance en soi.

 

Une marque d'attention positive c'est un compliment, un émerveillement, une reconnaissance, un MERCI, un BRAVO, un WAOUHH ! C'est facile, c'est gratuit et les effets sont magiques sur la personne qui la reçoit et sur celle qui la donne. Pourquoi c'est donc si difficile d'en donner? Timidité, réserve, aigreur, peur, méchanceté, ingratitude, complexe, etc? Vous avez la réponse? 

 

>>> A lire Tu es fort(e) toi.... 

 

Ces marques d'attentions positives sont à donner et à recevoir quelque soit l'âge. Féliciter vos enfants, dites leur qu'ils sont beaux, forts, intelligents, sapés, géniaux, … Dites leur des choses positives qui boostent leur confiance en eux mais apprenez leur aussi qu'un échec n'est pas un malheur mais une merveilleuse épreuve de la vie pour faire mieux ou autrement demain. Répéter à un enfant qu'il est bête, idiot ou qu'il ne vaut rien a des conséquences catastrophiques sur sa confiance en lui et son niveau de leadership. Il n'est pas question ici d'en faire des narcissiques inconscients qui se croient supérieurs aux autres mais des personnes confiantes, positives et assez fortes pour affronter les combats de la vie. Donnez à vos enfants  des marques d'attentions positives SVP !

 

>>> A lire La patience, un chemin d'or ?

 

En Marketing on le répète à souhait “les employés sont les premiers clients d'une entreprise”. Il est donc important de les écouter, de les séduire afin de les garder. La productivité d'un employé écouté, considéré, encouragé, motivé ou tout simplement complimenté est nettement supérieure à celle d'un autre qui ne reçoit jamais aucune marque de considération. De nombreuses personnes vont travailler pour maintenir leur salaire mais manquent totalement de motivation, leurs efforts et leurs compétences n'étant jamais reconnus. Ne vous étonnez pas de les voir démissionner pour un salaire ou un poste moindre dans d’autres entreprises juste pour se sentir mieux et plus confiants.

 

Quelque soit leur positionnement dans l'organigramme, chacun d'eux à son importance et participe au développement de l'entreprise. Un “bonjour” le matin, un “merci pour le rapport ou le travail rendu”, un “au-revoir” avant le départ , ça commence par là. Si vous les féliciter quand ils font bien leur travail, vos remarques quand ils le font moins bien passeront mieux. Rester professionnel n'empêche pas de complimenter et d'être poli avec tous vos collègues. Une marque d'attention positive c'est gratuit mais ça rapporte tellement. Voyez le comme un investissement pour votre business.

 

A vous Messieurs, s'il vous plait quand le repas est délicieux dites le aussi, ça fait du bien vous savez. Beaucoup ne parlent que pour se plaindre du seul repas sur cent autres (1/100) qui n'était pas bon et les 99 autres sont engloutis sans le moindre petit compliment. Y'en a même qui se plaignent en se resservants plusieurs fois malgré tout. Si vous saviez ce qui nous traverse l'esprit quand vous faites ça...

 

>>> A lire Madame, qu'est ce qu'on prépare aujourd'hui?

 

Madame se coiffe au moins une fois par mois mais c'est le jour où elle rentre avec un coupe “bizarre” que monsieur lui lance “c'est quoi que tu es allée faire sur ta tête comme ça ?”. Et les autres coiffures alors? Si nous ne pouvons pas attirer votre attention positivement et bien nous essayons de le faire négativement. Si si, certaines coupes ou tenues sont portées exprès juste pour vous faire réagir.

 

>>> A lire Et si j'essayais?

 

Les marques d'attentions positives sont importantes surtout en amour et ça va dans les deux sens. Mesdames vous aussi vous devez complimenter, encourager, booster, élever et motiver votre partenaire. Lui répéter que ses projets et ses initiatives sont bidons, le comparer sans arrêt aux autres ne font que le rendre plus improductif. Il faut éviter de se focaliser uniquement sur ce que l'autre fait mal, si vous êtes avec la personne c'est qu'à la base (logiquement) quelque chose en elle vous a plu au départ. Pensez y plus souvent.

 

Nous parlons des autres et vous même alors? Vous pouvez et devez vous donner des marques d'attentions positives. Se féliciter, s'encourager quand on réussit quelque chose ça fait du bien au moral. Apprenez à accepter également les compliments venants des autres. Cependant, que vous en receviez ou pas, donnez en à vous même. Dites vous aussi “bravo, félicitation” , applaudissez vous, dansez de joie, complimentez vous, vous en avez le droit! Vous seul savez ce que votre réussite vous a coûté comme efforts et sacrifices. Ce que vous ne recevez pas des autres donnez le à vous même, ce n'est pas du narcissisme c'est de l'égoïsme sain.

 

>>> A lire Soyez des mines!

 

En famille , avec vos enfants, en entreprise, en couple ou face à un inconnu donner des marques d'attentions positives, ce n'est pas un signe de faiblesse au contraire c'est un signe de confiance en soi et de hauteur d'esprit. Faites cet exercice simple qui consiste à demander aux autres et à vous même quels sont vos qualités ou vos talents (en famille, en couple ou en entreprise) et faites de même pour eux, vous serez surpris des résultats obtenus. Donner des marques d'attentions positives aux autres et à vous même et vous verrez l'impact que ça aura sur votre vie. Ayez plaisir à donner, à élever les autres et savourez la joie de recevoir !

 

Tim

 


03/03/2017
15 Poster un commentaire

Tu es fort(e) toi....

PhotoGrid_1478859332580.jpg

 

 

“Tu es fort(e), tu t'en sortiras toujours.” “J'ai confiance en toi, tu vas vite t'en remettre comme d'habitude.” “Je ne m'inquiète pas pour toi, tu es fort(e)”... Si vous avez déjà entendu l'une de ses phrases c'est que vous êtes perçus comme étant “une personne psychologiquement forte” , une personne qui peut tout surmonter et qui comme ils le pensent, s'en sortira toujours!

 

>>> A lire Et si j'essayais?

 

Votre entourage ne s'inquiète pas ou peu pour vous. Mais ils vous aiment vraiment, c'est juste que comme ils sont convaincus que vous êtes fort(e), ils se préoccupent moins de votre ressenti. Vous êtes la personne à qui ils feront appel pour gérer certains problèmes délicats: annoncer des nouvelles difficiles, revendiquer des droits, prendre des responsabilités et les assumer, concilier des parties antagonistes… Parce que vous êtes trop fort(e) et que vous saurez gérer quoi qu'il arrive.

 

De même quand il s'agit de vous annoncer un problème délicat ou une nouvelle difficile, ils le feront avec un minimum de tact. Pourquoi ? Et bien parce que vous êtes fort(e) dit donc! Vous pouvez tout entendre et tout encaisser. Rappelez vous, “vous vous en sortirez toujours”. Pour annoncer une nouvelle à une personne fragile il y'a peu de volontaires, les proches montent des scénarios catastrophes, anticipent son évanouissement ou la crise qui suivra l'annonce. Même après, la personne fragile est surveillée, scrutée parce qu'on a peur qu'elle ne fasse une “bêtise”. Et c'est justement vous, oui vous qui êtes “ fort(e)” qui après avoir appris, souvent sans tact aucun, la nouvelle qui êtes chargé de la lui annoncer et de la surveiller. À peines et douleurs égales, les comportements envers l'un et l'autre diffèrent complètement.

 

Dans l'esprit des vôtres vous pouvez tout surmonter, quoi qu'il vous arrive vous vous relèverez toujours. Vous remarquerez que même dans vos moments de peines, certaines personnes viendront vous confiez les leurs sans se soucier de votre douleur à vous. Parce que pour elles vous êtes un Phoenix, vous renaîtrez toujours de vos cendres. C'est parfois vrai car en réalité les personnes fort(e)s sont celles qui sentent la douleur mais qui savent la surpasser. Elles tombent, pleurent et se relèvent sans bruit. Ces personnes ont certaines caractéristiques communes :

  • Elles sont positives, optimistes mais réalistes.

  • Elles assument la responsabilité de leurs comportements.

  • Elles savent ce qu'elles veulent mais surtout ce qu'elles ne veulent pas.

  • Elles ont foi en elles mêmes et en la vie et vont de l'avant.

  • Elles savent célébrer les victoires des autres et les soutenir dans leurs épreuves.

  • Elles ont des pensées productives et constructives.

  • Elles ont de l'endurance.

  • Elles sont disposées à vivre des échecs.

  • Elles sont tout simplement résilientes.
  • Surtout elles savent compter sur elles mêmes d'abord et avant tout.

Vous vous reconnaissez ou reconnaissez un proche ? Alors retenez aussi ceci s'il vous plaît: c'est une personne forte mais c'est avant tout une “personne”. Elle sait juste mieux que d'autres gérer ses émotions parce que les circonstances de la vie l'ont amenée à faire face à ses responsabilités et à assumer ses choix (l'aîné(e) d'une famille ou un responsable par exemple) . Mais c'est aussi une personne sensible, parfois même hypersensible qui prend à coeur tout ce qui lui arrive et arrive aux autres.

 

C'est une personne attachante, rassurante, attirante, résiliente. C'est parfois une personne qui semble suffisante ou hautaine quand on ne la connaît pas mais dont la personnalité vous touchera certainement quand vous la connaîtrez mieux. Elle peut être calme ou impulsive mais c'est dans tous les cas une personne qui ne laisse pas indifférent et qui sait se faire respecter que l'on l'aime ou pas.

 

>>> A lire Personne entière : tout ou rien!

 

Cependant, c'est un être humain et je sais que tout ce que le corps et l'esprit encaissent ressort toujours d'une manière ou d'une autre. A force d'être sollicité par tout le monde tout en recevant moins d'attention que les autres, ça laisse des traces. Si vous l'êtes apprenez à prendre du temps pour vous même pour entretenir votre corps et votre esprit, aussi forts soient-ils.

 

Apprenez “l'égoïsme sain”, ça sauve par moment. Pensez à vous! Si les autres se préoccupent moins de vous ce n'est pas parce qu'ils vous aiment moins, non, c'est parce qu'ils pensent que vous n'en avez pas besoin. Alors je sais que c'est dur mais parfois il faut savoir baisser la garde et demander de l'attention. Il faut savoir “accepter de ne pas être "fort(e)”. Il faut savoir dire “j'ai mal, j'ai besoin de toi, j'ai besoin d'aide, je ne m'en sortirai pas seul(e) cette fois ci.” Il faut savoir faire confiance aux autres et accepter de s'abandonner à l'autre. Passez le relais et vivez vos peines comme bon vous semble. Il y va de votre équilibre mentale et physique.

 

>>> A lire Prenez soin de votre corps pour que votre âme ait envie d'y rester!

 

Sinon?? Et bien sinon un jour ou l'autre vous allez craquer, votre corps va vous lâcher, las et épuisé d'encaisser sans évacuer. Le stress et la pression auront raison de vous et les autres se tourneront vers une autre personne forte. Vous êtes fort(e) mais vous êtes d'abord un être humain.

 

>>> A lire Déprimé(e) toi? ça n'arrive pas aux africain(e)s...

 

Si vous avez reconnu un proche merci de vous rappeler que quelque soit sa force, la personne forte aime aussi les attentions. C’est très gentil de la respecter ou de l'admirer mais parfois elle a juste besoin d'une petite marque d’attention positive, d'un mot, d'un geste et d'un très fort besoin de repos. Elle donne beaucoup et aime aussi recevoir.

 

Soyez fort(e)s mais sachez aussi ne pas l'être parfois. Vous êtes un bon café, fort, intense, robuste, subtil, parfumé, exquis, puissant mais vous pouvez aussi être un doux et goûteux café au lait, un café chaleureusement épicé, sucré ou un bon décaféiné par moment. Vous en avez le droit et vous resterez tout aussi savoureux !  


Tim 

 


11/11/2016
14 Poster un commentaire

Et si j'essayais?

Photo by Rosh RN 

 

J'ai cherché en vain un titre pour cet article et comme je tenais à l'écrire j'ai choisi “et si j'essayais? “. Mais il ça aurait pu s'intituler “et si j'essaye ça qu'est ce que ça donnerait? “ où mon aptitude a toujours vouloir ajouter ma touche personnelle à un processus établi mais figé  (selon moi), une recette culinaire par exemple. Ces premières lignes me semblent floues à moi aussi rassurer vous, je continue à développer pour mieux me comprendre et me faire comprendre. 

 

J'ai une profonde admiration pour les personnes qui peuvent suivre une recette à la lettre! Ceux qui peuvent doser tous les ingrédients au gramme près. Je n'y arrive pas… j'ai pourtant la volonté d'y arriver au départ. J'achète tous les ingrédients, je mesure , je prépare le matériel nécessaire, je commence la préparation et à un moment donné je me dis “et si je remplace le sucre par le miel” ou “le persil par de la menthe “ ou encore “3 oeufs au lieu de 2” “2 cuillerées d'eau au lieu d'une” “3 pincées de sel au lieu d'une “ “4 citrons au lieu d'une orange" "pourquoi pas du chocolat à la place du raisin dans mon gâteau" . J'aime expérimenter! 

 

>> A lire Personne entière : tout ou rien!

 

Évidemment à la fin je n'ai jamais le même résultat que la recette d'origine. Parfois mes tests chimiques sont réussis et je jubile mais parfois c'est vraiment la catastrophe. Catastrophe que je reconnais mais qu'il est parfois difficile d'assumer quand, après une bouchée, des yeux interrogateurs et désemparés se lèvent vers moi à table. Le problème est que malgré tout, la prochaine fois que je vais vouloir faire la même recette, je vais essayer une autre alchimie non mentionnée dans la recette originale. 

 

>> A lire Salades froides from Pretoria!

 

En pleine circulation je peux décider d'emprunter une nouvelle voie sans savoir où elle mène exactement. Je me perds souvent mais je ne me lasse jamais de demander mon chemin. Du coup je me retrouve à faire un trajet de 30 minutes en 2 heures juste parce que j'ai voulu savoir où mène telle ou telle nouvelle route. Mais dans tous les cas, perdue ou pas, je rentre en ayant découvert une nouvelle route, qu'elle est été bonne ou pas, cabossée ou dangereuse je sais au moins si je veux ou pas l'emprunter un autre jour en toute connaissance de cause. 

 

Respecter à la lettre des règles établies et figées relèvent pour moi de l'exploit. Il me faut d'abord les connaître, puis me les approprier et enfin les appliquer à ma manière, en y ajoutant ma touche. Je n'aime pas la monotonie et les processus lourds, ça m'ennuie profondément. Y a t il un nom pour ça? Est ce que quelqu'un se reconnaît dans ces lignes ? Je serais ravie de mieux me comprendre à travers d'autres. Certains sont rassurés par les processus et ne veulent en aucun cas les voir bouger ou évoluer, ce n'est pas mon cas.

 

Attendons nous bien, je respecte les règles et les processus qui sont nécessaires à toute vie harmonieuse en communauté. Seulement, je me dis que dans certains domaines il est toujours possible de les améliorer, de les corriger ou de mieux se les approprier. Pour moi il est possible de faire autrement, l'essentiel étant le but final. 

 

C'est peut être ça qui m'a poussé à entreprendre et qui m'aide à voir d'abord les côtés positifs de l'expatriation. Je me fixe mes propres règles et processus. Il va de soit qu'avec un tel penchant pour les tests spontanés je n'aurais pas pu être pilote ou contrôleur aérien. Improviser une manoeuvre juste pour le "fun" avant un atterrissage n'est pas une option dans ces domaines. 

 

>> A lire L'expatriation, un choix de vie .... ou pas?

 

Pourtant je sais que rien de grand ne se fait sans prise de risque et que les plus grandes découvertes ont été faites par des personnes qui se sont dites “et si j'essayais ça. Pour ma part je n'ai rien inventé, pour le moment.... J'ai juste découvert que certaines saveurs se marient mieux à d'autres dans le laboratoire qu'est ma cuisine et que emprunter une route inconnue dans une ville peut me perdre mais peut aussi me faire découvrir des paysages époustouflants et insoupçonnés. 

 

Je le dis toujours “rien ne vaut l'expérience", essayez toujours au moins demain vous saurez si vous aimez ou pas, si c'est bon ou pas pour vous. Essayez, exprimentez, libérez votre génie et osez! Si ça marche tant mieux, analysez votre succès pour améliorer votre idée et si ça ne marche pas réessayez autrement tout simplement. 

 

>> A lire Soyez des mines!

 

A tous mes confrères et consoeurs chimistes et explorateurs amateurs, qui tentent et qui essayent “juste pour voir”… vous et moi savons que nous avons réussi des choses que nous ne pourrons plus reproduire à l'identique; découvert des chemins que nous ne pourrons peut être plus retrouver une autre fois tellement nous y allons au felling. Mais ce n'est pas grave, puisque nos plus grandes réussites restent à venir, n'en déplaise à nos chers, tendres et si patients cobayes. 

 

Tim 


22/08/2016
4 Poster un commentaire