Timworld, les aventures multiculturelles d'une jeune maman

Timworld, les aventures multiculturelles d'une jeune maman

Fatim TOURÉ, votre Tim!

Découvrez la vidéo, les articles, les photos. Lisez, partagez, invitez d'autres à découvrir le blog et revenez aussi souvent que vous le souhaitez. Faites comme chez vous ou comme chez moi, c'est comme vous le sentez laughing

Tim 

 


29/06/2019
9 Poster un commentaire

Rouge est ma douleur, vivre ou subir?

 

J'avais 10 ans... 10 ans, c'est l'âge auquel mon petit corps d'enfant a décidé, tout seul, de devenir celui d'une femme. 10 ans quand pour la première fois j'ai été confrontée à cette douleur. Quelle douleur!

 

Depuis mes 10 ans, je vis 14 jours par mois (au moins) avec des malaises et cette douleur. Cette douleur due aux menstrues, aux règles,  aux "anglais qui débarquent",... bref quelque soit le nom que vous leur donnez, c'est la cause de ma douleur depuis que j'ai 10 ans. Ce n'est plus pour moi un tabou puisque chaque mois, cette douleur se lit sur mon visage et m'empêche d'être à 100% moi. Mes menstrues ne connaissent pas le "soutra". 

 

J'ai bu toutes les décoctions possibles; je me suis lavée avec toutes les plantes que ma mère trouvait pour soulager ma douleur; j'ai fait des bains de vapeur; j'ai mangé des combinaisons d'aliments improbables; j'ai évité certains aliments; j'ai fait des injections qui duraient 20 minutes... 20 minutes parce que ce liquide huileux ne pouvait m'être injecté rapidement, il fallait le faire lentement et une fois par mois pendant 2 mois. J'ai dû m'asseoir pendant 20 minutes au moins une fois par mois avec une aiguille dans la fesse en espérant soulager ma douleur pour que le troisième mois de traitement, j'ai plus mal que tous les mois précédant cette injection.

 

 

Douleur au bas ventre, au dos, à la hanche, paralysie d'une jambe, seins enflés, douleurs ou brûlures à l'abdomen, acné, ballonnements, nausées, bouffées de chaleur, engourdissements des membres, céphalées, fatigue générale, prise de poids,... Chaque mois, mon corps choisit une combinaison de plusieurs de ces malaises et douleurs pour tester ma résistance. Chaque mois mon corps joue à cette loterie insoutenable. Malaises 7 à 10 jours avant les menstrues et 7 jours de douleur pendant.  Avez vous déjà eu mal au point de ne même pas pouvoir pleurer!? C'est possible, croyez moi. J'ai terminé certaines formations en boitant sous l'effet  de cette douleur.  Je vis avec cette douleur la moitié de chaque mois. 

 

Ma douleur a atteint son paroxysme le mois dernier, en Mai 2019, le vendredi 03 Mai plus exactement quand je me suis surprise à hurler de douleur dans ma voiture alors que je me rendais à une formation, sapée et confiante car j'avais en plus une rencontre importante après. Je tenais à ces rencontres mais mon corps non. Je ralentissais ma voiture juste pour crier avant de reprendre la route. Mon seul objectif était d'atteindre une clinique vivante.

 

J'ai atteint la clinique et résultat: intraveineuse de calmant, anti-inflammatoire, échographie (encore) et puis valium parce que rien ne calmait cette douleur. Avant de sortir de chez moi j'avais déjà pris un calmant puissant qui contient entre autre de la poudre d'opium, c'est vous dire... Bilan des examens, je vais bien, en tout cas leurs appareils disent que je vais bien et que mes examens sont normaux. Je ne prends les calmants que quand c'est nécessaire pour éviter les addictions parce que je sais, que les personnes entières comme moi, doivent impérativement éviter les addictions. 

 

>>> A lire https://timworld.blog4ever.com/personne-entiere-tout-ou-rien

 

Je suis passée par différentes phases depuis mes 10 ans. Les principales sont:

- les traitements divers, variés et improbables en médecine moderne et traditionnelle;

- les examens de santé et des bilans réguliers;

- prise de poids 

- puis l'acceptation de la douleur.

 

 

Accepter la douleur ce n'est pas ne pas avoir mal, c'est accepter d'avoir mal et s'y résigner. Un jour, j'ai dit à ma mère que c'est peut être la manière qu'a trouvé Dieu pour me permettre d'expier sur terre mes péchés afin de de les alleger. Je ne peux pas souffrir pour rien.... Elle s'est dit que la douleur me faisait délirer. Mais il faut atteindre un certain stade de la douleur pour donner une raison à sa douleur.

 

Penser ainsi m'a aidé pendant 8 ans à accepter ma douleur et à ne prendre aucun traitement. Certains médicaments me créaient plus de malaises et de douleurs que mes maux de bas ventre et j'avais peur des conséquences de tous ces calmants sur ma santé. D'ailleurs au bout de quelques mois d'utilisation je développais une résistance à ces médicaments et à la douleur. J'ai arrêté mes traitements le jour où, sous l'effet de la douleur, j'ai pris une double dose de calmant, frôlant ainsi une overdose.

  

 http://www.firstperiod.org

 

8 ans après, j'ai compris enfin que rien ne justifiait de subir une telle douleur. RIEN! J'ai écouté une émission radiophonique sur l'endométriose sur RFI qui m'a bousculé. Après différents examens je n'ai pas de signe visible d'endométriose mais j'ai toujours autant mal. Je cherche et je trouverai la cause et la source de cette douleur qui m'handicape la moitié de chaque mois, de chaque année de ma vie. Mes seuls moments de répit étant mes grossesses, si on peut appeler ça répit...

 

Chaque mois, j'ai pour moi, environ 17 jours de pleine forme, quand aucune autre maladie ne m'affecte. Ce sont ces 17 jours où je suis au top qui me permettent de mener efficacement toutes mes activités. Alors imaginez moi avec 100% de mes capacités chaque mois cool.

 

Vous êtes une femme ou un homme, vous avez des sœurs, des filles, des tantes, des mères, ne soyez pas sourds à leur douleur. Entendez leur douleur, écoutez les, réconforter les car même si vous ne pouvez pas mettre fin à leur douleur vous pouvez les soulager en entendant leur douleur et en leur apportant de l'attention. Surtout allez consulter et dites à vos proches qui en souffrent de le faire. Les allusions misogynes et désobligeantes ou les blagues pour désigner une femme ou une personne irritée, du type "elle doit avoir ses règles" ne m'amusent pas. Chaque mois nos corps subissent des bouleversements extraordinaires qui pour certaines s'accompagnent de douleur, de prise de poids subite, désolée de ne pas être à ce moment là, au top de notre humour ou plutôt au niveau de ce degré d'humour douteux. 

 

>>> A lire https://timworld.blog4ever.com/confiance-en-soi-l-importance-des-reserves-d-amour

 

"Les douleurs menstruelles touchent de 50 % à 80 % des femmes fécondes, selon le groupe d’âge. De ce nombre, de 5 % à 15 % des femmes sont suffisamment incommodées pour devoir modifier leurs activités quotidiennes (repos forcé, absentéisme scolaire ou professionnel)." (1) En Afrique, 1 fille sur 10 rate l’école lorsqu’elle a ses règles, selon des chiffres de l’Unesco en 2014. Ces chiffres doivent nous interpeller tous. Rassurez vous que dans votre entourage vos filles,  mères, épouses, sœurs, nièces, cousines, amies, domestiques, proches, ... peuvent s'offrir ou confectionner dignement des serviettes hygiéniques. Ne pensez pas que ça narrive qu'aux autres ou au plus démunis. Des millions de filles dans le monde ratent chaque mois l'école à cause de leurs menstrues qu'elles aient ou pas des douleurs pendant cette période. 

 

Il est important de savoir que NON, NON et NON il n'est pas normal d'avoir mal quand on a ses règles. Ce n'est pas normal, contrairement à ce que nos cultures nous ont fait croire. Croire qu'une femme doit souffrir pour être heureuse et que notre souffrance est normale, NON! "Ça va passer après ton accouchement" me disait on, j'ai 3 enfants, dont des jumeaux et j'ai plus mal qu'avant mes grossesses. Pour certaines c'est passé, pour d'autres non, dont moi. Maintenant on me dit "tu verras que tu vivras une menaupose sans malaises", l'espoir fait vivre... Cherchez et trouvez la cause de cette douleur, ne vous résignez pas. Ne nous résignons plus! Je cherche toujours à mettre un nom sur ma douleur, à y mettre fin et ce jour arrivera. Ce mois, outre mes traitements modernes habituels,  je teste une cure de poudre et de graines de moringa, dans tous les cas ça me fera du bien. Si ce n'est  pas l'endométriose c'est autre chose ... Je ne me résignerai plus. 

 

"L'endométriose est une maladie gynécologique méconnue, bien qu'elle touche 180 millions de femmes dans le monde (une femme sur 7 en âge de procréer et 20 à 50 % des femmes infertiles). Elle apparaît au cours de la période de fécondité de la femme, soit entre 16 et 50 ans." (2) Elle est cause d'infertilité et ces femmes subissent une double peine. J'ai eu 3 enfants, malgré mes douleurs et tous les troubles que cela a occasionné mais je pense à toutes celles qui sont en quête de maternité. Toutes celles qui subissent des traitements et des expériences physiques et psychologiques douloureuses juste pour pouvoir un jour donner la vie. Vous êtes des superwomens smile

 

 

 

Je sais par cette expérience mensuelle et cyclique que chaque chose à une fin. Je sais que la vie est un cycle et qu'il nous appartient d'en faire ce que nous voulons. VIVRE ou SUBIR? SE BATTRE ou SE RÉSIGNER? J'ai décidé de VIVRE et de profiter de mes 17 jours de pleine forme et de chaque moment. Et vous que décidez vous? 

 

Tim

 

Liens de référence:

 

(1)https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=dysmenorrhee_pm

 

(2)  https://www.google.com/amp/s/www.sciencesetavenir.fr/sante/systeme-sanguin/1-femme-sur-7-est-concernee-par-l-endometriose_19441.amp

 

https://youtu.be/rt0Mc4DTeZU

 


13/06/2019
40 Poster un commentaire

Zéro Complexe !

 

 

 

Les complexes que vous avez sont ils les vôtres où ceux que la société vous fait porter? Nous avons tous une spécificité, une particularité, qui parce qu'elle est particulière justement n'est pas "normale" aux yeux des autres.

 

Le mien c'était mon nez, selon moi il a toujours été normal jusqu'à ce qu'on me dise qu'il était trop gros et qu'il me fallait le masser tous les jours avec du beurre de karité pour le rentre plus fin, moins gros quoi... Une de mes tantes en particulier et certaines cousines insistaient vraiment sur la nécessité de masser ce pauvre nez trop gros à leurs yeux pour la petite fille que j'étais. Ce nez qui n'était pas un problème pour moi est alors devenu une obsession et après chaque bain je m'évertuais à le masser du creux des yeux à la pointe et ce, en toute saison.

 

>>>  Alire: https://timworld.blog4ever.com/personne-entiere-tout-ou-rien

 

Comment cacher un nez? Un nez qui trône tranquillement au milieu de mon visage. Comment le rendre plus fin, plus conforme, plus acceptable, moins visible ? Comment façonner ce nez non conforme? La seule solution était celle que l'on m'avait préconisée, le masser avec du beurre de karité et de l'eau chaude. Malgré tout il était toujours aussi présent, malgré mon insistance, les brûlures et les contorsions que je lui infligeais. Calé et serein comme un nez au milieu de la figure tout simplement.

 

 

Un puis un jour, mon père me parle du nez "aquilin" de Cléopâtre. Il me dit que la reine Cléopâtre avait un nez aquilin, qu'elle pourtait haut et fièrement et qui avait ensorcelé les plus grands Hommes de son époque. Une nez aquilin est "un nez humain avec un pont proéminent qui lui donne l’aspect courbé ou légèrement courbé. Le mot aquiline vient du latin aquilinus, une allusion au bec incurvé d'un aigle. Wikipédia (anglais)". En rappel, mon père était professeur d'histoire Géographie...

 

Je lui dis : "elle en avait de la chance d'avoir un si beau nez! Le mien est tellement gros qu'il est moche et il me vilaine". Il me répond: "quoi? Ton nez est gros? Gros comment ? Qui t'a dit ça ? Ton nez ressemble au mien, puisque tu me ressembles, est ce que moi je suis vilain?" Moi de répondre tout de suite: "Nooon! Toi tu es beau papa" Il me dit : "alors tu es belle, tu as un nez de TOURÉ, un nez digne et fière comme une TOURÉ" et il termine en me disant "ton nez, nos nez ne sont pas gros, ils sont uniques, ils sont majestueux!". Fin des massages nasaux cool !

 

"Le père est un miroir dans lequel la petite fille puis l'adolescente, peut discerner les prémices de la femme qu'elle deviendra."

                           Geneviève Bersihand

 

 

Il a fallu une discussion de quelques minutes avec mon père pour mettre fin à des années de complexe que l'on m'avait fait porté. Aujourd'hui, je ne sais pas comment vous vous le voyez mais pour moi je porte le majestueux nez de mon père et personne ne peut me convaincre du contraire. C'est incroyable comme la parole peut contraindre où libérer ! 

 

 

>>>  A lire : https://timworld.blog4ever.com/mon-pere-mon-heros

 

Tu as grossi, tu as maigri, ton ventre est gros, ta bouche est trop large, trop petite, tes yeux sont gros, tu as une brèche, tu n'es pas très futé(e), tu es nul(le) en maths, tu es pauvre, tu es riche, tu es petit(e), tu es trop grand, tu n'es pas encore marié(e)? Tu n'as pas d'enfant? ... Nous ne mesurons pas souvent la portée de nos mots surtout sur de jeunes enfants. Nous ne savons pas que c'est notre regard qui leur permet de se construire. Ils recherchent la norme dans nos yeux.

 

Nous ne savons pas ce que les autres endurent, quel traitement par exemple cette femme suit et qui dérèglent ses hormones et qui lui fait prendre ou perdre du poids au point qu'elle ne se reconnaisse pas dans le miroir, juste pour pouvoir porter la vie, une fois, une seule fois au moins.

 

>>>A lire : https://timworld.blog4ever.com/un-matin-pas-comme-les-autres

 

Je vous ai parlé de mon nez mais j'aurai pu vous parler de mon rire. Un rire spécial il parait, en tout cas c'est le mien. A un moment j'ai essayé de le rendre plus "conforme", plus "classe" mais c'était peine perdue. Je ne peux pas réfléchir avant de rire, je ne peux pas me travestir pour plaire, pour être conforme aux normes des autres. Mon rire aussi je le tiens de mon père, c'est un rire spontané, taquin et très franc, trop franc parfois...

 

Mon nez et mon rire sont un héritage qui font de moi la personne entière que je suis. Cependant, il est important pour moi que vous sachiez que si vous ne m'avez jamais entendu rire vous pouvez être surpris ou déboussolé la première fois surprised mais vous allez certainement rire aussi et ça c'est mon talent. Le talent d'avoir un rire qui fait rire laughing.

 

 

Après mes lectures et mes formations sur la confiance en soi, je sais que plus on cache un complexe plus il se voit. On est tellement focalisé dessus qu'on le maquille ou le camouflage au point que toute l'attention se porte sur lui et cela nous complexe encore plus. On rentre dans un cercle vicieux de complexes et cela ébranle notre confiance en nous. 

 

>>> A lire: https://timworld.blog4ever.com/confiance-en-soi-l-importance-des-reserves-d-amour

 

Alors dites moi, vos complexes sont ils vraiment les vôtres où ceux que l'on vous fait porter ? Vous voyez vous avec vos propres yeux et votre histoire ou à travers le regard des autres? Et si vos complexes étaient votre spécificité, votre atout majeur, votre marque, votre vous? Pensez y fortement avant de vous torturer inutilement.

 

"Mon père m'a donné le plus beau cadeau que l'on puisse faire à quelqu'un, il a cru en moi." Jim Valvano

 

Mon nez, mon rire et moi vous saluons !

Majestueusement vôtre wink !

 

Fatim

 


29/03/2019
5 Poster un commentaire

Quand commence votre deuxième vie ?

 

  

1- "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaëlle Giordano.

 

Ce livre est l'histoire d'une quête de sens, du sens de sa vie, de son but et surtout de comment y parvenir. Il est positif, réaliste, drôle et très pratique car parsemé de méthodes et d'outils concrèts.

C'est l'histoire passionnante d'un routinologue et de sa patiente en quête de sens.

 

Qu'est ce que la routinologie ?? "Constatant qu'un nombre croissant de personnes possédant tout pour être heureuses sans finalement parvenir à l'être se trouvaient en proie à une forme de morosité chronique, Raphaëlle a créé un métier essentiel. Ni psy, ni coach, le routinologue est un expert en accompagnement dans l'art de retrouver le bonheur perdu ! "

 

 

 

Pour ma part j'ai appris avec ce livre à mettre un nom sur mon empathie naturelle et à le gérer à mon avantage. Il m'arrivait de prendre à coeur le problème d'une personne au point de ne pas en dormir pendant des nuits et à me torturer l'esprit pendant des jours pour lui trouver des solutions  alors que la personne concernée ronfle tranquillement chez elle laughing.Et bien ce livre m'a appris que c'est de l'empathie mouillée !

 

Empathie mouillée c'est prendre en charges les problèmes de l'autre et absorber ses émotions négatives. C'est ainsi que vous finissez par aller mal, vous aussi.

 

Empathie sèche, celle à laquelle je m'exerce maintenant, c'est le fait d'adopter une attitude d'écoute distancée, écoute qui permet d'entendre et de compatir avec les problèmes de votre entourage, sans vous laisser contaminer par leurs humeurs néfastes. C'est un bouclier de protection très utile pour ne pas vous laisser aspirer.

 

J'apprends l'empathie sèche pour mon propre équilibre émotionnel et surtout pour rester objective et professionnelle vis à vis de mes clients et des personnes qui se confient à moi. Je "n'achète" plus les problèmes des autres, j'apprends à écouter, à comprendre, à analyser et surtout à laisser à l'autre la responsabilité de la résolution de son problème. Mon rôle consiste à accompagner, à aider et au besoin, à donner mon avis si on me le demande. Le fait de prendre de la distance et de la hauteur fasse aux problématiques que j'entends m'aide à y voir plus clair et surtout à mieux dormir smile.

Je vous le recommande très très fortement ! 

 

Il est disponible en version numérique téléchargeable sur internet et également dans les librairies de vos pays, libraires par terre et/ou librairies formelles.... Au cas où elles ne l'ont pas vous pouvez demander à votre libraire de le commander pour vous. Cela vaut pour tous les livres que vous cherchez. 

 

 

 

2 - "Amour et liens de sang" de Kadiatou Diallo.

 

Lors de ma formation sur les talents à Allianz Mali, en Mai 2018, Kadiatou Diallo était l'une des participantes que j'ai eu l'honneur de former. En parlant de lecture ses collègues m'ont dit qu'elle a écrit un livre. J'ai demandé à le voir et elle m'a prêté un exemplaire. En 75 pages (environ) ce livre parle d'amour, de maternité, de fécondité, de secrets de famille...

 

 

J'ai juste voulu le parcourir pendant la pause et j'ai été happée par le récit. Résultat : je l'ai lu entièrement pendant la pause déjeuner, j'ai vite avalé mon déjeuner pour le terminer avant de reprendre la formation. Je le lui ai rendu en lui promettant d'acheter malgré tout un exemplaire parce que le l'ai lu cadeau smile. J'y suis allée pour former et apprendre et j'ai vraiment beaucoup appris. Merci !

Recommandation spéciale !

 

Excellente lecture pleine de découvertes !

 

>>> A lire https://timworld.blog4ever.com/bonne-annee-a-mes-gerriers-de-la-lumiere

 

Tim

 


21/02/2019
5 Poster un commentaire

Confiance en soi : l'importance des réserves d'amour

 

 

Il y a quelques mois, après une belle soirée de discussion avec ma mère, j'ai tenu à les remercier, elle et mon père, pour leur éducation. J'y tenais car après analyse des problématiques que je rencontre dans le cadre de mon travail je me suis rendue compte que les problèmes et troubles actuels de nombreuses personnes résultaient de 2 causes principales: l'envie et le manque d'amour.

 

L'envie

C'est le sentiment que je remercie tous les jours Dieu de ne pas connaître. L'envie malsaine et malveillante qui nuit, empoisonne et ruine l'âme. Cette envie qui pousse à en vouloir à l'autre pour ce qu'il est et ce qu'il a. Cette envie qui pousse à poser certains actes , à accepter des pactes, à commettre des délits et des crimes pour ressembler à, pour paraître comme, pour avoir ce que l'autre possède. Cette envie est la cause de nombreuses dérives personnelles.

  • Rappelez vous : vous êtes ce que vous souhaitez aux autres!

 

>>> A lire https://timworld.blog4ever.com/une-vie-de-lagare

 

Le manque d'amour

J'ai reçu assez d'amour de la part de ma famille pour plusieurs vies. Quand vous manquez d'amour vous êtes vulnérable, vous manquez de confiance en vous, vous cherchez toute votre vie des personnes qui pourraient vous aimer. Le manque d'amour conduit à des états de dépendance affective et vous pousse à vous accrocher à la moindre personne qui “semble” vous manifester la moindre attention.

 

Si vous tombez sur des personnes armées de bonne foi et d'amour véritable, tant mieux! Si par malheur, vous tombez sur des personnes manipulatrices et malveillantes, elles feront de vous et de votre dépendance des jouets. Vous sachant dépendant(e) d'elles, elles savent que pour une marque d'attention elles peuvent abuser 10 fois de vous. Ouiii puisque vous voulez être enfin aimé(e), vous acceptez tout, vous vous accrochez et parfois vous pardonnez l’impardonnable. Vous voilà dans un cercle vicieux où vous êtes la proie et votre propre bourreau parce que vous ne savez, vous n'avez pas appris à dire STOP! Posez vous les bonnes questions "suis je dans cette relation parce que je suis aimé(e) ou parce que je veux être aimé(e) à tout prix".  Aimez mais sans jamais oublier l'essentiel : l'amour de soi. 

  • Rappelez vous : vous êtes unique!

>>> A lire https://timworld.blog4ever.com/soyez-des-mines

 

Aimez vos enfants pour que demain ils puissent avoir cette réserve d'amour qui les empêche de se laisser avoir par un simple “je t'aime” peu sincère et une marque d'attention intéressée. Apprenez à vos enfants la valeur du mérite et du respect, respect des autres mais surtout respect de soi. Apprenez leur que chaque personne évolue à son rythme et que ce que l'autre gagne ce n'est pas ce qu'ils perdent.

 

PS: oui oui c'est moi sur la photo, j'avais  1 an, 1 jour et quelques heures  wink

 

 >>> A lire https://timworld.blog4ever.com/a-nos-amours-1

 

Tim 

 


01/02/2019
7 Poster un commentaire