Timworld, les aventures multiculturelles d'une jeune maman

Timworld, les aventures multiculturelles d'une jeune maman

La patience, un chemin d'or ?

PhotoGrid_1487311767918.png

 

 

S'il y'a une chose que j'ai apprise avec la vie à deux et la maternité c'est la patience. Entendons nous bien je ne suis pas devenue patiente, je suis moins impatiente et c'est déjà un grand pas pour moi et ceux qui vivent avec moi.

 

>>> A lire Prenez soin de votre corps pour que votre âme ait envie d'y rester!

 

Avant, je voulais tout, tout de suite et maintenant. Quand ce que l'on veut dépend de nous c'est déjà difficile d'obtenir tout ce que l'on veut d'un claquement de doigts alors quand ça dépend d'autres personnes c'est autre chose. Maintenant je sais qu'avec juste un peu plus de patience j'obtiens parfois même plus que ce que je voulais au départ.

 

Quoi que je fasse je ne peux ni accélérer mes grossesses, ni faire marcher mes enfants à 3 mois et encore moins leur apprendre le vélo à 5 mois. Je ne peux pas non plus changer du jour au lendemain certaines habitudes de mon mari qu'il tient de son éducation, de sa culture, de ses valeurs… Il y'a des choses que seules la communication, la subtilité, la persévérance, l'intelligence et la patience  peuvent faire évoluer positivement. Et ça je l'apprends au quotidien. J'apprends le “soft power” et croyez moi il est puissant.

 

>>> A lire 30 ans!

 

Pour ce qui est de la vie à deux, la notion de patience m'a aussi appris à gérer mes colères. J'ai compris que ce qui sortait de ma bouche pouvait blesser et surtout réduire mon espérance de vie. Oui, sous la colère ce que je suis capable de dire n'a pas pour but de plaire, alors là pas du tout! Maintenant j'évite, sauf cas d'énervement majeur, de parler sous la colère. Je refuse toute discussion jusqu'à ce que je sois plus calme et plus lucide pour m'exprimer clairement et surtout pour que l'autre comprenne mon message.

 

Cependant, quand vous savez que malgré tout vous allez dérailler, vous pouvez écrire un message, un e-mail ou une lettre, toujours après vous être calmée bien sûr. C’est la solution en cas de choc extrême ou quand vous êtes profondément désolés et que vous savez que face à l'autre vous ne pourrez jamais exprimer tout le fond de votre pensée. L'avantage quand vous écrivez est que vous pouvez vous relire, effacer, corriger, reformuler,... J’y travaille moi même encore mais la notion de patience m'aide beaucoup ! Essayer, ça peut vous sauver la vie ou au moins une relation.

 

>>> A lire Pour le meilleur et pour le pire! Vraiment?

 

Pour l’enfant, crier et frapper ne sont pas toujours les meilleures manières de lui faire comprendre les choses. Souvent se mettre à sa hauteur (se baisser pour le regarder dans les yeux), lui parler calmement et l'écouter produisent de bien meilleurs résultats et surtout ça le marque! Si vous criez et frappez pour tout et rien il grandira avec l'idée que ce sont là les seuls moyens de résoudre un problème et à la longue il sera complètement insensible à vos colères. Cela vaut pour les parents comme pour tous les éducateurs.

 

>>> A lire Baisse de rentabilité scolaire: et si ce n'était pas que de la paresse?

 

Mais entre nous, ne vous est-il jamais arrivé de vouloir quelque chose de tout votre coeur, de prier, de tout faire pour l'obtenir, d'y mettre toute votre énergie et de ne pas l'avoir ou de ne pas l'obtenir au moment voulu? Et puis un jour il vous arrive quelque chose de 1000 fois mieux, de complètement inespérée, d'inattendu. Ou de vous rendre compte qu'avoir cette chose de “tellement importante” pour vous à l'époque aurait été une vraie catastrophe aujourd'hui ? “Tout vient à point à qui sait attendre”, prend tout son sens en ce moment. Tout ce que l'on veut n'est pas toujours ce l'on mérite d'avoir mais ça il n'y a que le temps pour nous le faire comprendre.

 

Ne vous est il jamais arrivé d'avoir envie d'applaudir face à une situation en vous disant “merci mon Dieu!”? “Dieu fait votre palabre” comme on le dit couramment et vous même vous trouvez que c'est trop d'honneur. Ça ne vous est jamais arrivé? En attendant vous avez bien dû patienter un peu, beaucoup, énormément mais c'est enfin arrivé!

 

Que cela soit clair, il n'est point question ici de devenir attentiste ou paresseu(se)x, d'attendre pour attendre, d'être faible et de se laisser faire. Non! Il est question de vous battre pour ce que vous désirez mais si vous ne l'obtenez pas d'apprendre à patienter pour avoir mieux. Si vous avez essayer toutes les méthodes sans résultats, essayer aussi le pouvoir de la patience et vous verrez.

 

>>> A lire Tu es fort(e) toi....

 

Avant de savoir manger correctement combien de vêtements, de chaises, de tables, de lieux mes enfants ont saccagé (et saccagent toujours), combien de tenues et de murs colorés par la peinture ou le crayon, le feutre ou le bic? Malgré toute mon impatience chacun évoluera à son rythme et en fonction de ses habiletés. Mon rôle à moi est de leur apprendre à toujours faire de leur mieux. N'empêche que ça a le don de me rendre dingue sur le moment...

 

Je dirai pour finir que la patience, quand elle est nécessaire, est un chemin pavé d'or ! Pour ma part je m'efforce d'être moins impatiente et ce chemin que je découvre vaut souvent de l'or et même plus effectivement…

 

Tim, une impatiente en trantransition... Clin d'œil

 



17/02/2017
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 243 autres membres